Eric D. Widmer

Languin, N., Widmer, E.D., Kellerhals, J., Nills-Robert, C. (2004). Trois philosophies de justice pénale. Déviance et société, n°2, pp. 159-178.



Cet article vise à rendre compte des conceptions de la sanction pénale dans les mentalités contemporaines. Basée sur un échantillon représentatif de la population adulte de la Suisse francophone (N = 1881), la recherche empirique a permis de dégager trois « philosophies » distinctes. Le « prospectivisme » justifie principalement la sanction pénale par la réinsertion de l'individu dans la société. Les réponses aux infractions sont modérées et tournées vers l'amendement par le soin. Le « contractualisme » met en avant la responsabilité du délinquant qui doit payer pour ce qu'il a fait. La finalité de la peine est dominée par l'idée de restitution : la sanction doit être modulée par l'intention de l'auteur et la gravité objective des dégâts. L'« ostracisme » enfin repose sur une image catégorielle du délinquant. Il est d'abord l'autre , l'étranger, le marginal, le drogué, et la justice consiste à l'exclure. La sévérité de la sanction est forte, modulée par les appartenances, sans exclure l'utilisation de sanctions infamantes ou honteuses.
Ref bibtex | Full text



Welcome, Publications, Research, Links, Conferences,Public interventions,Search this site